LE CŒUR BATTANT



Un film de Roberto Minervini
avec Sara Carlson, Colby Trichell, Tim Carlson
Genre : Drame
Durée : 101mn
Année de production : 2013
Sortie en salle : 25 Juin 2014
Origine : Etats-Unis, Italie, Belgique
Télécharger l'affiche du film
Télécharger le dossier de presse

SYNOPSIS

Sara est une jeune fille qui grandit dans une famille d'éleveurs de chèvres. Ses parents scolarisent leurs douze enfants enfants à domicile et leur enseignent les préceptes strictes de la Bible. Sara doit, comme ses soeurs, apprendre à être une femme pieuse, au service des hommes, et conserver sa pureté émotionnelle et physique intactes jusqu'au mariage. Lorsque Sara rencontre Colby, un jeune rodéo amateur, elle remet en question le seul mode de vie qu'elle ait jamais connu. 

Dressant un portrait émouvant de l'Amérique contemporaine et des communautés insulaires qui parsèment ses paysages, “Le Cœur battant” explore l'adolescence, la famille, les valeurs sociales, le rôle des sexes, et la religion dans le Sud rural Américain.



PRIX ET FESTIVALS

Festival de Cannes 2013 – Sélection officielle, Séance spéciale

Festival Corsica.Doc d’Ajaccio 2013

Festival Ciné-Jeune de Laon 2014

Festival Terra di Cinéma de Tremblay-en-France 2014

"Le Cœur battant" est soutenu par le Groupement National des Cinémas de Recherches (G.N.C.R.)



CRITIQUE PRESSE

Expérience étrange, brouillant allègrement les frontières entre fiction et documentaire, le troisième long métrage de l’Italo-américain Roberto Minervini déstabilise par ce qu’il capte du quotidien des habitants d’un Texas rural. Le résultat n’en est pas moins original et fort.” Les Fiches du Cinéma

"C’est l’une des premières belles surprises du festival de Cannes 2013. Cette sélection récompense le travail d’un jeune auteur, Roberto Minervini, qui s’inscrit dans la tradition des cinéastes essayiste dont le regard sur le monde mêle captation pure de la réalité, filtre poétique et étude sociologique." Olivier Père, Arte TV

"Bienvenue dans le trou du cul de la Bible Belt, un coin du Sud des Etats-Unis où l'on a déserté l'école publique depuis longtemps et et où l'on récite des psaumes entre deux séances d'initiation aux armes à feu. Invité par les membres d'une communauté rurale ultra autarcique à franchir leur seuil, le réalisateur y capte d'incroyables moments de vie, au fil de vignettes contemplatives gorgées d'une pureté émotionnelle renversante. Doc ou fiction ? Minervini préfère envoûter plutôt que de répondre franchement à la question" Frédéric Foubert - PREMIERE

"L'Amérique profonde est un univers étrange. Dans les entrailles du Nouveau Continent se côtoient lareligion et la foi, l'élevage et l'agriculture, la nature, l'alcool, les armes et les cowboys. Le documentariste Roberto Minervini, né en Italie mais installé à New York, nous montre de nouveau cet univers dans son troisième long métrage, en sélection officielle au festival de Cannes. Ses films précédents, The Passage (2011) et Low Tide (2012), évoquaient déjà le monde rural texan et la vie de ses habitants de manière très intime. Dans Le Cœur battant, son style contemplatif s'arrête encore plus sur les détails de la vie d'une de ces personnes, jusqu'à arriver à y capter une lumière qui se laisse rarement discerner.

La caméra suit le jeune Sara, qui a grandi dans une famille d'éleveurs de chèvres très croyants. De corvée en corvée, dans la grange, Sara apprend à devenir une femme asservie, obéissante et soumise à l'homme, une femme droite et intacte selon les règles de la religion chrétienne. Sa vie tranquille, pleine de foi, de pureté et de responsabilités, se trouve bouleversée quand elle fait la rencontre de Colby, qui vit dans un monde fait de rodéo amateur, de fêtes, d'armes, mais aussi de religion. Minervini se met à la hauteur du regard de Sara pour raconter comment elle découvre la vie, et comment elle se met à douter de l'existence qu'elle mène, de celle qu'elle voudrait mener et de ce en quoi elle croit, sans quecela ne l'éloigne pour autant de son abnégation quotidienne. Sara grandit devant nos yeux, sans fioritures ni filtres entre elle et le spectateur, dans un silence presque ininterrompu qui est à la fois lourd et léger, crotté et immaculé.

Minervini dépeint le "coeur emballé" de Sara en ne la quittant jamais, et au moyen de dialogues aussi rares que puissants, comme les images (notamment celles qui montrent une femme enceinte sur un champ de tir, un accouchement, un pique-nique fantasmé dans la forêt, une croix qui brûle dans la nuit...). Le Cœur battant est un documentaire intime, tranquille et sincère qui tente de saisir cette splendeur éthérée qu'avait par exemple trouvée Carlos Reygadas dans l'excellent Lumière silencieuse, cette splendeur que Sara ne cesse de chercher pendant tout le film." David González - CINEUROPA




Photos du film

Cliquer sur les photos pour les télécharger

1 2 2 2
1 2 2 2



Film annonce

Film annonce